Motion Arènes « Laboratoire en lutte »

Les membres du laboratoire Arènes (UMR CNRS 6051) réunis en AG exceptionnelle à Rennes, le 21 janvier 2020, déclarent leur opposition résolue à la réforme annoncée de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) portée par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Ils soutiennent le mouvement croissant de protestation en cours dans les établissements universitaires, les laboratoires, les revues et infrastructures de recherche. Ils se déclarent aussi solidaires des mobilisations interprofessionnelles dénonçant les effets délétères causés par le projet de réforme des retraites. Un système à points pénalisera les travailleuses et travailleurs de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et plus généralement l’ensemble de la population, notamment les femmes et les citoyen·ne·s les plus précarisé·e·s. Il aggravera les conséquences des évolutions récentes de la fonction publique et de l’assurance chômage.

Le projet gouvernemental pour la recherche et l’enseignement dessine un modèle reposant sur une augmentation de la précarité déjà structurelle des personnels, par l’introduction de nouveaux contrats incertains et sans lendemain (type tenure-track, CDI de projets) et la remise en cause du statut d’enseignant-chercheur et de la référence aux 192 heures. Il organise une mise en concurrence généralisée des laboratoires et des universités, contraire à l’esprit collaboratif et partenarial de la recherche. L’accroissement des allocations budgétaires par appel à projet renforce la dérive gestionnaire et le pouvoir des bureaucraties, au détriment d’un système d’évaluation par les pairs scientifiques.

Le laboratoire, en tant que collectif de recherche, affirme et affiche publiquement son soutien à la grève de la recherche. Il soutient la demande d’un moratoire de la LPPR et appelle ses membres à :

suspendre les activités de gestion et notamment d’évaluation administrative ou en lien avec l’Hcéres ; refuser de siéger dans les instances de l’ESR, à l’exception de celles qui favorisent l’emploi statutaire et l’évaluation par les pairs.

réduire les activités scientifiques et pédagogiques habituelles pour permettre à chacun·e de participer et d’étendre la mobilisation en cours dans l’ESR ;

reporter ou aménager les colloques et journées d’étude et/ou les utiliser pour faire connaître notre critique des réformes en cours

prendre contact avec les autres laboratoires et établissements du site rennais et au-delà, notamment pour coordonner un refus de transmission des rapports Hcéres

encourager les autres personnels à s’impliquer dans la lutte contre les réformes de l’ESR et des retraites

– s’investir activement dans le soutien aux luttes dans les autres secteurs et participer financièrement aux caisses de grève et de solidarité

– rendre visible la mobilisation du laboratoire dans toute intervention publique (médias, conférences), sur le site web d’Arènes, dans les manifestations (banderole du laboratoire « en lutte » ) et dans chaque signature électronique , selon une formulation adaptée de la phrase suivante (suggestion) :  « Étant mobilisé·e contre le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche et contre le projet de réforme des retraites, j’ai réduit mes activités d’enseignement et de recherche, et réponds en priorité aux messages concernant la mobilisation en cours. ».

Voté par 56 voix pour, 1 abstention – Rennes, le 21 janvier 2020