Gilles Richard

Enseignant-chercheur

Affiliation : Rennes 2
Statut : Permanent
Grade : PR-PH
Section : 22 – CNU
Équipe/Chantier/Service : Équipe Engagement, vie politique et médias /

--
Bureau : --

Domaines d'expertise

  • histoire politique de la France contemporaine
  • partis et systèmes partisans
  • droites et gauches
  • classes dirigeantes
  • organisations patronales

Carrière

Droites – Partis – Classes dirigeantes

Né le 14 mars 1956, à Paris XIIIe

Études, de la 6e à la khâgne, au lycée Henri IV, à Paris.

Entrée à l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1976.

Agrégation d’histoire en 1978.

Service militaire (1978-1979) au collège militaire de Saint-Cyr-l’École (78) comme professeur-appelé du contingent.

DEA d’histoire contemporaine à Paris X-Nanterre, sous la direction de René Rémond, soutenu en 1980 : Les sources de l’histoire du RPF, 1947-1953 (mention « Très bien »).

Mis à la disposition du recteur de Lille en septembre 1981 puis titularisé dans l’académie de Lille, j’ai enseigné l’histoire et la géographie dans les lycées techniques Edmond Labbé à Douai (59) en 1981-1982, puis Louis Pasteur à Hénin-Beaumont (62), de 1982 à 1990. Participant à plusieurs projets pédagogiques destinés aux élèves en difficulté, régulièrement professeur principal en 2de TSA-Productique, j’ai été nommé conseiller pédagogique en 1986.

De 1988 à 1990, j’ai animé un groupe de préparation au CAPES interne d’histoire-géographie pour les districts de Lens / Hénin-Beaumont / Carvin.

Muté en 1990 au lycée d’enseignement général et technologique Grandmont à Tours, j’y ai enseigné de septembre 1990 au 31 janvier 2000, surtout dans les sections technologiques industrielles (3/4 de mon service) mais aussi en Terminale L ou ES, selon les années. Participation à divers projets pédagogiques (par exemple, comme professeur principal dans une 2de TSA-Productique composée uniquement de redoublants, en 1998-1999, et de septembre 1999 à janvier 2000). Conseiller pédagogique.

Inscrit dès 1980 en thèse de doctorat d’État sous la direction de René Rémond (Le RPF de1947 à 1953), j’ai abandonné mon travail de recherche quand je suis devenu professeur de lycée. En 1986, j’ai décidé de reprendre la recherche, dans le cadre de l’ancien régime des thèses, en modifiant mon sujet (Le CNIP de 1948 à 1962), cela sous la direction de Claude Willard à Paris VIII puis, dès 1990, sous celle de Serge Berstein à Sciences Po Paris.

Soutenance le 12 octobre 1998 à Sciences Po Paris, avec la mention « Très honorable » à l’unanimité du jury qui était composé de René Rémond (président de la FNSP / président du jury), Serge Berstein, Sylvie Guillaume (Bordeaux-III), Gilles Le Béguec (Paris-X), Jean-François Sirinelli (IEP de Paris) et Serge Wolikow (Bourgogne).

Chargé de cours (en plus de mon service de professeur agrégé en lycée) à l’Université François Rabelais de Tours en 1998-1999, puis à l’IEP de Rennes au premier semestre de l’année universitaire 1999-2000, je suis devenu professeur des Universités à compter du 1er février 2000, en poste à l’Institut d’études politiques de Rennes où j’ai effectué un service complet d’enseignement pendant 14 ans et demi.

L’essentiel de ma tâche sur le plan pédagogique a été de rebâtir une formation en histoire, réduite à 100 heures au total après le départ de Michel Denis, non remplacé pendant deux ans. En 2009, la formation en histoire atteignait environ 1 000 heures EHTD sur cinq années. En 2008, Luc Capdevila (Rennes 2) et moi avons créé, dans le cadre du master « Histoire » de Rennes 2, un parcours recherche de master 2, « Histoire et relations internationales et interculturelles », associant Rennes 2 et l’IEP – au départ, à parité. Entre 50 et 60 étudiants par an en moyenne.

Responsable pédagogique des étudiants étrangers (60 à 80 en moyenne chaque année) de 2000 à 2005, je suis devenu en 2004 directeur adjoint de l’IEP de Rennes, chargé des études (mandat de 2004 à 2009). À ce titre, j’ai notamment piloté la refonte complète des maquettes (toutes les disciplines), dans le cadre du passage de la scolarité de 4 à 5 ans dans les IEP – occasion de repenser la formation dans son ensemble – et j’ai coordonné la création d’un concours commun à 2 (Rennes-Toulouse) puis à 6 IEP de région (7 aujourd’hui), équivalent par le nombre de places offertes et le nombre de candidats, au concours de l’IEP de Paris et ses antennes régionales. Membre du Conseil d’administration de 2004 à 2014. Membre de la Commission scientifique de 2004 à 2014. Président de la Commission de discipline de 2005 à 2014.

Membre du CRAPE (Centre de recherche sur l’action politique en Europe-UMR 6051) et du CHRISCO (Centre de recherches historiques de l’Ouest-UMR 6040) jusqu’en 2005, puis membre du CRAPE et membre associé au CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest-UMR 6258) de 2005 à 2014. Membre du Conseil de laboratoire du CRAPE et responsable du pôle « Vie politique ».

En 2014, j’ai demandé ma mutation à l’Université Rennes 2. J’y effectue un service complet (en L2, L3, M1, M2 et SUED) et responsable du parcours de master 2 « HRII », rebaptisé à la rentrée 2017 « relations internationales, mondialisations et interculturalités » (« RIMI »)

Membre d’Arènes-UMR CNRS 6051 à compter du 1er janvier 2017

Partis politiques français au XXe siècle, système partisan, classes dirigeantes et partis de droite

  • cours sur la France 20e-21e siècles
  • la Chine 19e-20e
  • histoire de la construction européenne
  • séminaire de master (relations internationales) + direction du parcours de master “relations internationales, mondialistions et interculturalités” (RIMI, Rennes 2, en association avec IEP Rennes)

Publications

  • Le Centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962, ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des modérés, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion / ANRT, 1999, 899 pages
  • Mai-68… et après ? Une nouvelle donne politique, Bordeaux, CRDP d’Aquitaine (Collection « Histoire de notre temps »), 2008, 344 pages + un CDRom
  • Histoire des droites en France, de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, sortie le 1ermars 2017, 592 pages

Médias