Infos pratiques

Lundi 23 novembre 2020 à 09h00 > 13h00
Visioconférence

Orateur(s)

Rosarita Cuccoli
Arènes

Soutenance de thèse de Rosarita Cuccoli

Titre de la thèse : The place for social analysis in the press coverage of sports. A comparison of sports newspapers and general press in Italy’s media ecosystem.

Devant le jury :

  • Dominique MARCHETTI – Directeur de recherche CNRS, CSE EHESS – rapporteur
  • Jean-François POLO – Maître de conférences en science politique, Institut d’Études Politiques de Rennes – examinateur
  • Franca RONCAROLO – Directrice du Département Culture, Politique et Société, Université de Turin – examinateur
  • Eugénie SAITTA – Maîtresse de conférences en science politique, IUT Rennes – Université de Rennes 1 – examinatrice
  • Thierry ZINTZ – Titulaire de la Chaire Olympique Henri de Baillet Latour & Jacques Rogge en Management des Organisations Sportives, Université Catholique de Louvain – rapporteur
  • Erik NEVEU – Professeur émérite de l’IEP Rennes – Directeur de thèse

Résumé : La thèse traite de la couverture médiatique des sports dans les journaux et notamment, de la dimension sociale du phénomène sportif dans ces médias. Le sport bénéficie d’une couverture médiatique massive. Cependant, et bien que l’étendue du sport médiatique permette de présenter, en principe, une multiplicité de sujets et d’angles d’analyse, la couverture des sports a tendance, en réalité, à se concentrer sur un éventail relativement limité de sujets (les athlètes les mieux payés, les tournois les plus lucratifs, etc.). A partir de cette préoccupation centrale, à savoir si la couverture médiatique des sports reflète ou non l’ampleur du phénomène sportif, l’étude a été consacrée à l’élaboration d’une taxonomie de thèmes qui permette de définir cette plus ample “dimension sociale” dans la couverture médiatique du sport. Cette taxonomie, conçue à la fois comme un outil conceptuel et opérationnel, est au cœur de l’étude.

L’analyse s’est ensuite centrée sur les résultats de l’analyse de contenu de plus de 6,500 pages de journaux, en prenant la presse italienne comme étude de cas. L’analyse a été menée en vue de comparer l’analyse sociale du sport dans la couverture des journaux généralistes avec celle des journaux sportifs. Cette approche constitue également une contribution significative à la connaissance, les journaux sportifs n’étant pratiquement jamais considérés comme une catégorie à part entière. L’Italie a été choisie, entre autres, pour la présence de plusieurs journaux sportifs. Enfin, compte tenu de la chute de la diffusion des journaux, la thèse s’intéresse aussi au potentiel commercial – ou “business case” – de l’analyse sociale dans la couverture des sports, en montrant pourquoi celle-ci est susceptible d’attirer, de manière peut-être inattendue, de nouveaux lecteurs