Infos pratiques

Mercredi 26 mai 2021 à 14h00 > 18h00
IEP - Amphi Lanjuinais

Orateur(s)

Malo Herry
IEP Rennes / Arènes

Soutenance de thèse de Malo Herry

Titre de la thèse : Verdir la société. Les organisations environnementales nationales à la croisée des champs.

Membres du jury :

Nathalie BERNY, professeure des universités, Sciences Po Rennes (examinatrice)
Michel GROSSETTI, directeur de recherche, CNRS, LISST (examinateur)
Simon PERSICO, professeur des universités, Sciences Po Grenoble (rapporteur)
Johanna SIMÉANT, professeure des universités, École normale supérieure (rapporteure)
Romain PASQUIER, directeur de recherche, CNRS, Arènes (directeur de thèse)
Julien WEISBEIN, maître de conférences, Sciences Po Toulouse (co-directeur de thèse)

Résumé :
Cette thèse s’intéresse à l’espace social formé par les associations et les fondations environnementales nationales. En articulant méthodes qualitative (entretiens, corpus documentaire) et quantitative (analyse des réseaux sociaux), elle étudie selon quelles modalités et sous quelles conditions ces organisations parviennent, individuellement et en tant qu’espace, à créer des dynamiques d’autonomisation face aux hétéronomies historiques qui les caractérisent.

À travers une approche structurale, elle montre que cet espace éclaté s’organise en deux pôles. Alors que le premier rassemble des organisations qui valorisent des formes d’autonomie vis-à-vis des champs limitrophes (administratif, économique, syndical, scientifique et reste du monde associatif), celles du second pôle revendiquent l’ouverture de l’espace comme moyen d’accomplir leur mission sociale, en l’occurrence accompagner ces champs dans leur transition écologique.

Pour l’ensemble des organisations, les relations avec les champs externes sont vectrices d’injonctions qui viennent contraindre leur action, et particulièrement les dynamiques de coopération. Sous certaines conditions, elles parviennent toutefois à se saisir de ces multiples allégeances comme d’une ressource qui vient renforcer leur capacité d’action stratégique. Le croisement de cette pluralité de contraintes et des capacités d’action différenciées des organisations favorisent le maintien d’une diversité des modèles organisationnels.

En faisant discuter théorie des champs, analyse structurale et néo-institutionnalisme en sociologie des organisations, ce travail contribue à l’étude des spécificités de l’action collective dans des espaces à l’autonomie faible et variable