Infos pratiques

Mardi 21 septembre 2021 à 09h45 > 17h00
EHESP - Amphi Robert Castel

Orateur(s)

Bleuwenn Lechaux

Gilles Richard

Jean-Luc Richard

Patricia Loncle

Tom Chevalier

Claude Martin

Véronique Daubas-Letourneux

Aline Corvol

Dominique Somme

Séminaire de rentrée d’Arènes 2021

Ci-dessous le programme du séminaire de rentrée du laboratoire Arènes.

Intervenants Travaux présentés
Matin — 09h45 – 12h15 / (avec une pause de 15 minutes entre la 2e et la 3e communication)
Bleuwenn Lechaux
& autres contributeurs membres d’Arènes
(à définir)
Présentation de l’ouvrage collectif sur les années 68 à Rennes, à paraître aux PUR : Quand Rennes proteste. Mobilisations et trajectoires de militantes et militants des années 1968.
Gilles Richard Les « petits candidats » aux élections présidentielles de la 5e République
Dossier de la revue Histoire@Politique, n°44, septembre 2021, coordonné par Gilles Richard et Fabien Conord (PU Clermont-Auvergne).
Résumé : Alors qu’il est habituel de s’indigner ou de se lamenter sur le trop grand nombre de candidats aux élections présidentielles, le dossier cherche à comprendre pourquoi il y a des “petits candidats” (ceux qui font moins de 5% et à les caractériser. Il s’agit de démontrer qu’ils sont, dans l’immense majorité des cas, tout sauf des hurluberlus, avant de voir ce que ces “petits candidats” nous disent de l’histoire politique de la France sur le long terme. Au-delà des analyses générales, le dossier s’attarde sur des analyses de cas (Barbu, Debré, Garraud, Le Pen (1974), Voynet, Hue, Buffet, Krivine, Laguiller, Marcilhacy).
Jean-Luc Richard Chapitre 6. « Ni journaliste, ni politique, l’universitaire consultant dans les émissions en période électorale : rôles et stratégies » : retour d’expériences (2002-2017) in Anaïs Théviot (dir), Médias et élections, Les campagnes 2017, primaires, présidentielle et législatives françaises, Presses de Septentrion.
Pause déjeuner libre — 12h15 – 13h45
Après-midi— 13h45 – 15h15
Patricia Loncle &
Tom Chevalier
Une jeunesse sacrifiée ?, Paris, PUF, collection La vie des idées, 2021 (sortie 25 août 2021)
Résumé : La France sacrifie-t-elle sa jeunesse ? Avec les taux de chômage et de pauvreté les plus élevés aujourd’hui comparés aux autres tranches d’âge, il semble que les jeunes soient aujourd’hui les premières victimes des inégalités. Toutefois, si les inégalités entre les générations ont pu augmenter, cet ouvrage souligne que la jeunesse reste traversée de multiples fractures. Le renforcement de ces inégalités peut alors déboucher sur de la frustration et de la colère, interrogeant le devenir de la démocratie sur le long terme. Mais il peut également conduire les jeunes à proposer des alternatives à l’action publique existante. Les intervenant.es dressent ici une cartographie fine de ces enjeux en France tout en l’insérant dans un contexte plus large de situations nationales diversifiées permettant d’interroger les formes que pourrait prendre l’action publique.
Claude Martin Claude Martin / Natacha Vellut / Cristina Figueiredo / Maïa Fansten (dir), Hikikomori, Une expérience de confinement, Rennes, Presses de l’EHESP, collection : Recherche Santé Social, 2021.
4e de couverture :
Le confinement, désormais dans tous les discours, est une notion qui évoque aussi le retrait des jeunes confinés dans leur chambre ; un phénomène d’abord identifié et nommé hikikomori au Japon dans les années 1990.
Les conduites de ces jeunes posent de nombreuses questions, aux familles, aux institutions éducatives et de santé, qui inventent et expérimentent des méthodes pour les accompagner. Aucune explication simple ne s’impose pour comprendre leur retrait soudain. Sans pathologie physique, souvent sans diagnostic médical, ils représentent une énigme.
Un collectif de chercheurs et cliniciens propose d’aborder ces jeunes comme des sujets pensants et agissants, qui questionnent, bousculent et parfois détournent les formes de soin et de prise en charge. De leur place, ils interpellent la façon dont sont pensées la sortie de l’enfance et la transition vers l’âge adulte […]
Pause — 15h30 – 15h45
Reprise15h30 – 17h00
Véronique Daubas-Letourneux Accidents du travail. Des blessés et des morts invisibles, Bayard, septembre 2021.
En mobilisant différents travaux sociologiques et les données existantes, ce livre vise à alimenter la connaissance des accidents du travail sous un angle renouvelé, invitant à considérer les accidents du travail non plus comme un simple indicateur de gestion, mais comme indicateur de la façon dont le travail est un déterminant des inégalités sociales de santé. Par les trois angles d’étude des accidents du travail proposés – leur dénombrement statistique, leurs conditions de survenue et le parcours professionnel des accidentés – c’est à une approche de santé publique des accidents du travail, tournée vers les enjeux de prévention, de protection et de préservation de la santé des hommes et des femmes au travail que ce livre entend contribuer.
Aline Corvol & Dominique Somme Décider dans l’incertitude : gestion de crise en EHPAD à l’aune de la pandémie de Covid-19
Étude REMPAR EHPAD auprès de 21 directeurs d’Ehpad bretons.
L’objectif de cette étude était de comprendre rétrospectivement les facteurs humains, structuraux et organisationnels ayant influencé la gestion de crise des directeurs d’EHPAD lors de la première vague, au printemps 2020.
La crise sanitaire a induit un contexte de grande incertitude et un sentiment de confusion dans les EHPAD, décuplés par la méconnaissance clinique et scientifique de la maladie, la nature contradictoire de certaines informations provenant des autorités publiques et les difficultés d’application de certaines recommandations gouvernementales. Les stratégies de management mises en œuvre par les directeurs se sont en partie fondées sur des appuis externes (hotline gériatrique, structure d’appui régionale en lien avec le CHU, plateforme internet d’information…) et des forces internes (ressources humaines, compétences et engagement des salariés…).
Les résultats de l’étude suggèrent que le risque pandémique, bien que connu, n’avait pas été anticipé dans la globalité de sa gestion par les directeurs d’EHPAD et que le caractère « non imaginable » de la crise sanitaire a pu contribuer aux difficultés à gérer celle-ci. Les stratégies managériales mises en œuvre consistaient majoritairement à renforcer le contrôle de la situation et à réduire l’incertitude induite par la crise sanitaire. Les entretiens suggèrent que les directeurs se sont engagés rétrospectivement dans des processus de résilience par le biais de mécanismes de rationalisation et d’attribution causale et qui ont contribué à une certaine prise de recul.