Violences et soutiens à la maternité

Entre corps, psychologie(s) et politique(s) de santé et de l’enfance

Date limite de dépôt :
15 août 2020
Dépôt et renseignements :

Grossesse et maternité exposent la femme à des violences et contraintes de nature multiple, physiques ou symboliques. Les risques sont de toutes sortes, des altérations pérennes du corps aux deuils périnataux, des obstacles à s’insérer dans le monde du travail jusqu’aux violences de couple, de l’épuisement jusqu’aux troubles psychiatriques. Dans le domaine médical et psychiatrique cette association ou convergence est parfois nommée « stress bio-psycho-social ». L’attention focalisée sur « l’enfant précieux » distrait, voire éclipse la reconnaissance de la violence potentielle pour les mères de la naissance et des conséquences psychosociales de l’accaparement par les soins précoces. Ces conséquences impactent directement au-delà de la mère, l’enfant et sa famille. L’État a développé depuis un siècle des politiques de soins et de prise en charge qui ont positivement transformé les conditions concrètes de la naissance et des soins maternels : il s’agit toutefois d’interroger leurs limites.

L’apport des sciences politiques à l’abord interdisciplinaire permet de croiser des perspectives et des champs de recherche rarement mis en situation de dialogue : politiques, anthropologiques et sociales d’une part, médicales (obstétrique, pédiatrie, psychiatrie) et psychologiques d’autre part.

Le but de ce colloque est d’offrir des pistes pour des changements actés notamment par les politiques publiques en matière de santé psychique et physique et de protection sociale mais aussi dans le domaine de l’emploi, de la recherche et du monde du travail et de la recherche dans le champ périnatal.

Image © Lauren Walker / Truthout – Striving for Survival

Document à télécharger

Appel à communications